8c8b046ce0d1e980409c4fc0d78ae8fd

Pourquoi l’orthographe anglaise est-elle si saugrenue ?

Cela a commencé dans les années 600 av JC, quand les chrétiens missionnaires sont arrivés en Angleterre avec leur alphabet romain. Ils y rencontrèrent les Anglo-saxons qui parlaient une langue germanique avec des sons différents, tels que : le « th » de « the » ou le « x ». Les scribes ont donc défini leur façon à eux de les transcrire à l’écrit. Après une longue période de temps tout le monde se mit d’accord pour transcrire le son « x » par « gh ».

Mais pourtant, il n’y a pas de « x » dans « thought » (pensée) ? En effet il n’y en a plus !

La prononciation a changée au cours du temps, le « x » s’est changé en « f » dans certains mots comme « cough » (la toux), « enough » (assez) ou ont complètement disparu dans des mots tels que « though » (bien que) et « thought » (pensée). Pendant que ces changements ont eu lieu, l’imprimerie fût inventée, une bonne chose pour la propagation de la langue anglaise mais malheureusement pour celle de son orthographe aussi; orthographe que les imprimeurs avaient établie avant que l’évolution des prononciations ne soit finie.

D’autres changements de prononciation ont eu lieu pendant cette période de temps comme la perte de certains sons en début de mot ainsi qu’une révision complète du système anglais des voyelles connut sous le nom de « Great Vowel Shift ».

Comme si cela n’était pas déjà assez complexe, les Normands ont débarqué en 1066, et le français est devenu en Angleterre la langue des cultures éduqués, de la cour et de l’université pendant quelques siècles. Toutes ces années ont évidemment laissé une trace sur le vocabulaire et l’orthographe anglaise.

En résumé dans la plupart des cas, on donnera comme réponse à la question « Pourquoi l’épelle-t-on de cette manière ? » soit : « Parce que on le prononçait de cette manière avant » ou : « Parce que c’est comme ça qu’on l’écrivait en français ».

Mais parfois on ne peut utiliser aucune de ces excuses…

A la fin des années 1500, l’orthographe anglaise s’est plus ou moins stabilisée, mais certains érudits de la Renaissance avaient un tel engouement pour le latin et le grec qu’ils n’en restèrent pas là. Ils pensaient que la « grandeur » du monde ancien devrait se reflétée dans leur monde contemporain via le vocabulaire. Ils considéraient que des mots tels que « salmon » – prononcé /samon’/ (saumon), « indict » prononcé /indait’/ (accuser), and « debt » prononcé /det/ (dette) devaient montrer leurs racines latines d’une manière plus ostentatoire.

Ils décidèrent donc de rajouter des lettres (qu’en anglais personne n’avait jamais prononcées) dans certains mots. Ils trouvèrent aussi une manière de connecter des mots à leurs racines grecs en leur donnant une apparence plus savante afin de remplacer l’orthographe plus familière mais pourtant plus sensée qui était utilisée.

Parfois la mode du « classique » est allée un petit peu trop loin. Par exemple le mot « island » (île) provient du vieil anglais « iglund » et non pas du latin. tout le monde était ravi de le prononcer « iland » /ailand’/ jusqu’à ce que quelqu’un récupère le « s » de l’ « insula » latin et le colle à un endroit où il n’avait aucune raison d’être.Borrowings

Pour finir les anglais ont emprunté beaucoup de mots à d’autres langues sans les modifier, y compris une autre vague de mots français qu’ils ont laissé dans leur forme originale (champagne, ballet, hors d’œuvre…) mais aussi d’autres langues étrangères: guerilla, fjord, kitsch…

 

Les anglais adorent adopter des mots venus d’ailleurs. Parfois, ils empruntent de langues qui rapportent leurs propres lettres muettes et autres problèmes d’épellation et ils deviennent par conséquent des problèmes d’épellation pour les anglais aussi.

Il est aussi arrivé qu’ils empruntent le même mot de deux endroits différents. C’est ce qu’il s’est passé dans les années 1500 avec le mot « colonel » ainsi que de nombreux autres mots du lexique militaire. A l’époque en France nous le prononcions et l’écrivions « coronel ». Mais plus tard les anglais commencèrent à traduire de vieux traités militaires où l’on parlait de « colonello ». Le temps passa et les anglais finir par le prononcer à la manière italienne mais ils l’écrivaient à la manière française ! Alors que pendant ce temps les français étaient passés à « colonel », en termes de prononciation ET d’épellation. Un vrai casse-tête !

Il y’a donc beaucoup de responsables concernant la « situation orthographique » dans laquelle les anglais ce sont retrouvés !

Peut-être que cela ne vous consolera pas la prochaine fois qu’un anglais vous présentera un nouveau mot à l’orthographe farfelue mais essayez de ne pas trop leur en vouloir, ils ne l’ont pas choisi. Ils sont seulement, eux aussi, victime d’une histoire bien compliquée.

Origins of English

Origins of English

 

Si vous voulez pratiquer votre compréhension orale en anglais, cet article a été traduit de l’anglais depuis cette superbe vidéo (et vous pouvez même la sous-titrer en anglais pour être sûr de tout comprendre !)

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *